On parle de moi

Quelques expériences professionnelles d’écrivain public et de biographe en région Nord Pas de-Calais, Lille, Seclin

Consultez régulièrement la rubrique « Actualités » pour connaître mes activités et les lieux où vous pouvez me rencontrer.

« Le récit de vie de ma grand-tante centenaire »

publié dans le bulletin de l’ASA-Université Lille 1 en mars 2012.

 

Il y a environ un an, l’année de mes cinquante ans, nous avons commencé à réfléchir en famille à l’organisation d’une fête pour le centenaire de ma grand-tante. J’ai alors réalisé qu’il m’était possible de concrétiser un rêve que je portais en moi depuis quelques années : conserver la mémoire familiale. Je regrette en effet d’avoir perdu tous mes grands-parents sans leur avoir posé assez de questions, sur leur enfance, leur vie professionnelle, leurs rêves etc. J’ai alors proposé à ma tante de l’aider à écrire sa biographie avec le projet de lui offrir le livre ainsi qu’à toute la famille pour son anniversaire.

 

Ce n’est pas l’extraordinaire mais l’unicité de chaque vie qui m’intéresse.

 

Je lui ai proposé de faire une liste des événements qu’elle se sentait désireuse de partager. Elle a commencé très rapidement à raconter. Cependant, régulièrement, elle me faisait part de ses doutes, sa vie n’était pas assez intéressante pour en faire un livre. Je lui ai fréquemment rappelé que ce n’était pas l’extraordinaire de la vie mais l’unicité de chaque vie qui m’intéressait et qui pouvait toucher les membres de la famille.

 

Pendant cinq mois, je me suis rendue régulièrement à la maison de retraite pour des entretiens avec ma tante. Je m’installais avec le dictaphone branché et un cahier pour prendre quelques notes. Ma tante sortait sa liste et se mettait à parler. Parfois, je l’interrompais pour demander des précisions, pour vérifier une date, un nom. Lorsque la mémoire lui faisait défaut, nous sortions parfois l’album photo qui ravivait les souvenirs. Nous avons aussi passé du temps à choisir les clichés qui allaient illustrer son récit. Je lui avais proposé de lire et de corriger si besoin le texte tapé à l’ordinateur que je lui ramenais après chaque rencontre. En effet, je pouvais avoir mal interprété un de ses propos, elle pouvait regretter d’avoir évoqué tel ou tel événement. C’était son récit et c’est elle qui a pris les décisions : utiliser tel ou tel terme, organiser ses propos, insérer une photo à tel ou tel endroit.

 

Un vrai livre !

 

Des six heures d’entretien, j’ai obtenu une quinzaine de pages en format A 4. Mais, je voyais plus loin, j’avais découvert en cherchant sur internet que certains imprimeurs se spécialisaient dans la biographie familiale. Pourquoi ne pas faire imprimer notre petit récit et en faire un vrai livre ? Encore une fois, je me suis heurtée à ses craintes : sa vie valait-elle un vrai livre ? Mais, je l’ai convaincue et nous avons décidé d’aller jusqu’au bout : faire imprimer et relier le texte. J’ai pu alors lui offrir un livre de trente cinq pages au format A 5 et en faire faire une dizaine pour la famille.

 

Préserver la mémoire familiale et donner de la valeur à n’importe quelle vie.

 

Cette expérience m’a tellement plu que j’ai décidé de devenir écrivain public biographe. Quel bonheur en effet de contribuer à préserver la mémoire des familles en donnant de la valeur à n’importe quelle vie. Ce métier est l’occasion de véritables rencontres, ma grand-tante ne m’avait jamais autant parlé et, l’écriture d’un récit de vie est bénéfique pour celui qui transmet ses souvenirs mais aussi pour celui qui l’accompagne. Les personnes en se confiant révèlent parfois à leurs proches des aspects d’eux-mêmes qu’ils n’avaient jamais évoqués et cela permet parfois de les découvrir ou de mieux les comprendre. Nous allons fêter ce centenaire en mai prochain et offrir le livre à la famille. J’ai hâte de faire lire à mes enfants ce témoignage d’une autre époque.

Par les Chemins de Plume.

Nadine Esquerre-Boucher

Ecrivain public biographe

68 rue Henri Dhennin

59551 ATTICHES

09 65 22 32 69

06 51 31 89 80

Nadine Esquerre-Boucher a enseigné le français vingt-trois ans après avoir travaillé quatre ans comme assistante sociale. Elle va créer dans quelques semaines son auto-entreprise pour s’installer comme écrivain public biographe. Elle est membre du réseau NPI, Nègre pour inconnus, qui regroupe des professionnels de l’écriture biographique qui appliquent les mêmes tarifs, les mêmes méthodes et la même déontologie.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>